un atelier d’écriture comme espace d’expression et de communication.

Ce que l’on emporte avec soi…

Posté on 23, novembre 2018

Apprentissages

Cahier posé, oreiller blanc, feuillets sur la taie, froissée
Cahier-livre perdu autour des mille écrits
À la va-vite
Lire le livre, le livre-cahier cassé
Une lame vibre sur la peau mouillée
Pique l’épée
Le cri des biques aux longs cils, une larme coule, tire l’encre des mots violets.
Tâche. 
Une tâche sur taie, oreiller blanc. 
 Des jours autour de la taie, fils tirés. 
Les doigts effilés tirent les fils, taie d’oreiller
Au petit jour, cuisse lisse, cuisse libre des draps froissés. 
Libre livre, cassé. Lire les feuillets posés sur l’oreiller, blanc. 
Feuillets tâchés, cuisse lisse posée sur l’oreiller blanc
Petit jour, le cri des biques de l’île, gicle le lait, frais. 
Pique l’épée, baiser à côté, une larme-lave, petite île

Une goutte de sang sur l’oreiller blanc
Yves